Ministère du Commerce, de l'Artisanat
 et de la  promotion des PME
 
MINCOM CI Facebook MINCOM CI Twitter MCAPPME Youtube
 
  
Bienvenue sur le site officiel du Ministère du Commerce, de l'Artisanat et de la Promotion des PME Dimanche, 19 novembre 2017
 

Biographie
Discours

Directions régionales et départementales
Conseillers commerciaux à l'étranger

Balanciers agréés Liste des balanciers agréés par arrêtés
separateur
Avis aux Importateurs et Importateurs Import - Export : Dédouanement aux frontières terrestres
separateur
droits et devoirs commerçants Répertoire des droits et devoirs du commerçant
separateur
controle activite Contrôle des activités commerciales

Guichet Unique pour le Commerce Extérieur

MAMCOM

SYNAMIC-CI
SYNAP-CI

Commerçants
Consommateurs

Plus de vidéos

RADIO CI : Remise de balance double face à des commerçantes de vivriers le 09/09/2016 à Treichville

Mise à jour en cours...

Plus de fichiers audio

 
  
Inscrire Désactiver


Metrologie


 
ACTUALITE

1509318448OMC.jpg 27-10-2017
Coopération commerciale internationale : Les performances économiques de la Côte d’Ivoire présentées devant l’OMC à Genève

Le Ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba, a participé du 25 au 27 octobre 2017, à l’Examen des Politiques Commerciales (EPC) à Genève au siège de l’OMC.  


Au cours de L’EPC qui est réalisé à des fins de transparence sous l’égide du conseil général de l’OMC, les membres soumis à examen fournissent des informations sur les politiques et pratiques commerciales relatives au développement du commerce multilatéral en vigueur sur son territoire. 

Ainsi, la Côte d’Ivoire, lors de cet Examen groupé des Politiques Commerciales des huit pays de l’UEMOA, a présenté, à travers le Rapport du Secrétariat de l’OMC et celui du Gouvernement, son environnement économique, ses régimes de commerce et d’investissement, les mesures liées à sa politique et pratique commerciales, ainsi que ses politiques sectorielles. 

Pour le Ministre Souleymane Diarrassouba, Chef de la délégation ivoirienne lors de cette rencontre, « l’intérêt de la Côte d’Ivoire pour cet Examen, voulu par tous les membres de l’UEMOA, est qu’il constitue un audit de notre intégration et de notre régime commercial national ».

Le Ministre en charge du Commerce poursuivra en indiquant que cette occasion a permis par ailleurs, d’informer tous les membres des bonnes performances que la Côte d’Ivoire a réalisées et qui ont soutenu l’évolution économique positive de la région.

« En effet, avec un PIB qui a représenté 36% de celui de l’Union en 2016, la croissance économique de la Côte d’Ivoire, tirée par des secteurs dynamiques (agriculture, industrie et services), a été remarquable, dépassant annuellement le taux de 9% depuis son dernier Examen de Politique Commerciale en 2012 » soutiendra-t-il

Parlant du régime d’investissement de la Côte d’Ivoire, le Chef de la délégation ivoirienne a souligné que sa transparence garantit les droits des investisseurs et leur assure de nombreux privilèges.

« Il apparaît   à l’examen de ces deux rapports, que la Côte d’Ivoire s’est inscrite résolument dans une dynamique de restructuration économique, de réforme institutionnelle et administrative, et de modernisation de l’infrastructure industrielle, portuaire et aéroportuaire dans la perspective de devenir un pays émergent à l’horizon 2020 » se réjouira le Ministre Diarrassouba. 

En Côte d’Ivoire, ce dynamisme des réformes est caractérisé par : la privatisation ; l’ouverture des secteurs de services ; l’accélération de la numérisation de divers actes administratifs et financiers et de la simplification de bon nombre de procédures douanières à travers la mise en place de divers guichets uniques dont le Guichet Unique du Commerce Extérieur ( GUCE) , le paiement électronique de  certains Impôts et le commerce électronique dont le volet mobile money comptabilise environ 23 millions d’euros de transactions journalière. 

 Le pays a amorcé d’importants travaux d’infrastructures visant l’agrandissement et la modernisation de ses deux ports d’Abidjan et San Pedro et de son réseau routier. Sa compagnie aérienne (Air Côte d’Ivoire) performante dessert une dizaine de capitales de pays africains et fait de l’Aéroport Félix Houphouët Boigny, un hub Régional. 

 Dans le secteur énergétique, la Côte d’Ivoire investit aussi pour augmenter sa capacité de production qui passera de 2000 mégawatts à 4000 mégawatts à l’horizon 2020. 

 L’industrialisation et la diversification de l’économie, au cœur de la stratégie de développement du Gouvernement, sont définies dans un cadre normatif à travers divers plans dont notamment le PND 2016-2020 de 60 milliards USD. Ce qui lui permet malgré la baisse des cours du cacao de 40% de projeter pour l’année 2017 un taux de 8.3%, un taux d’inflations maîtrisé en dessous de la norme communautaire de 3% pourcent un déficit budgétaire de 4.5% qui sera ramené à 3% en 2019. 

La Côte d’Ivoire est signataire de plusieurs conventions fiscales de non-double imposition.  Après avoir notifié à l’OMC sa ratification de l’Accord sur la facilitation des échanges, elle s’apprête à notifier les mesures des catégories B et C.

 « La Côte d’Ivoire reste respectueuse de ses engagements internationaux et entend renégocier ses concessions tarifaires, conformément aux dispositions de l’article XXVIII du GATT, comme l’atteste le document G/MA/337 du 31 août 2017 de l’OMC » a relevé le Ministre Souleymane Diarrassouba, avant de demander aux partenaires économiques et financiers, d’accorder à la Côte d’Ivoire une attention similaire à celle des pays les moins avancés, eu égard aux difficultés que le Pays a récemment traversées. Ceci, non seulement pourrait accélérer la cohérence des activités économiques en Côte d’Ivoire mais également et surtout de soutenir un développement plus harmonieux de toute la région, eu égard au rôle de moteur que joue l’économie ivoirienne dans la sous-région. 

L’examen des politiques commerciales est un exercice prescrit dans les Accords de l’OMC, au cours duquel les politiques commerciales et les politiques connexes des pays membres sont examinées et évaluées périodiquement. Les faits nouveaux importants qui peuvent avoir une incidence sur le système commercial mondial font également l’objet d’un suivi. La fréquence des examens d’un membre est liée à son poids dans le système commercial multilatéral, tel qu’il est défini par sa part dans le commerce mondial des biens et des services. Sur cette base, trois cycles d’examens ont été adoptés : tous les deux ans pour les quatre plus grandes puissances, l’Union européenne comptant pour un membre, tous les quatre ans pour les 16 membres suivants, et tous les six ans pour les autres membres, un délai plus long pouvant être accordé aux pays les moins avancés. La Côte d’Ivoire vient quant à elle de subir son troisième Examen après ceux de 1995 et 2012.

 



  › A VOIR EGALEMENT


1509705579IMG_8842.jpg

1509705484IMG_8733.jpg

1508613537Image redimensionnee.jpg

1508592069Bruxelles 4 re.jpg

1507899290IMG_8127.JPG

1507549227Tour Postel 2001 in Plateau Municipality.jpg

15068558503C.JPG

1506639842IMG_7108.jpg

 
      Accueil | Projets| Contacts | Webmail      
© 2011 Ministère du Commerce Conception : CICG Urgence ANASUR : 47 140 000
01 200 000
56 500 000