Spéculation sur l’augmentation du prix de la baguette de pain : la FECOBPCI et la FIPABPCI se désolidarisent du Haut patronat de la boulangerie pâtisserie

A travers une déclaration conjointe lue par le président de la FECOBPCI, Diallo Aboubacar, le mardi 20 décembre 2022, la Fédération des commerçants, boulangerie et pâtisserie de Côte d’Ivoire (FECOBPCI) et la Fédération interprofessionnelle des artisans boulangers et pâtissiers de Côte d’Ivoire (FIPABCPCI) se désolidarisent du Haut patronat de la boulangerie pâtisserie en Côte d’Ivoire qui envisage d’augmenter le prix de la baguette de pain. 

 

« Nous sommes réunis ici en ce jour, chers camarades boulangers suite à l’annonce faite par l’une des 3 faîtières du secteur de la boulangerie. En effet, le  Haut patronat de la boulangerie et  pâtisserie en Côte d’Ivoire a fait une sortie hasardeuse et esseulée pour annoncer sur les réseaux sociaux une augmentation du prix de la baguette de pain à la fin du mois de décembre 2022, corrélativement à la proposition faite par la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) au gouvernement du relèvement du SMIG. Cette déclaration faite par le Haut Patronat n’engage que ses auteurs », a-t-il déclaré.

 

Pour le président de la FECOBPCI, la décision prise par le haut patronat est une décision unilatérale qui met en mal le panier de la ménagère en cette période de fin d’année. « Nous, FECOBPCI et FIPABPCI, déclarons ici et maintenant qu’il ne s’agit que d’un acte délibéré et déplacé pour attenter à la quiétude des Ivoiriens et des consommateurs en cette fin d’année 2022 », a-t-il martelé.


Poursuivant, Diallo Aboubacar a rappelé que  toutes les 3 entités sont en pourparlers depuis plus de 2 ans dans le cadre d’un comité technique mis en place par le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME. Toujours selon lui, les négociations entre les acteurs de la boulangerie et l’Etat de Côte d’Ivoire ont connu des avancées.


Toute chose qui a permis le blocage du prix de la farine de blé, malgré les tendances haussières au plan international, surtout à cause de la guerre russo-ukrainienne. « En effet, le Gouvernement soutient le secteur avec la mise en place d’une subvention depuis plus de 5 mois. On a la négociation d’une fiscalité adaptée au secteur de la boulangerie-pâtisserie en tenant compte du caractère social du pain et enfin, la mise en place depuis le 1er avril 2022 d’une subvention au profit des acteurs du secteur de la boulangerie-pâtisserie avec à la clé un fonds de garantie », a souligné le président de la FECOBPCI.


Suite à ces avancées considérables dans leurs secteurs, les deux faitières se désengagent de ce qu’elles qualifient de forfaiture tendant à saper les acquis auprès du Gouvernement.  « À cause de tout ce que nous avons relevé plus haut, la FECOBPCI et la FIPABPCI ne sauraient accepter de s’associer à une telle désinvolture venant de nos camarades du Haut Patronat », a précisé le Président Diallo Aboubacar. 


Toutefois le président Diallo Aboubacar appelle ses camarades du Haut Patronat à la retenue et rassure les consommateurs tout en apportant un démenti formel à toute hausse du prix de la baguette de pain en cette fin d’année. Pour lui, la responsabilité  d’annoncer toute augmentation incombe au  ministère en charge du Commerce.