Statut de l’entreprenant : Le Ministère du Commerce et de l’Industrie sensibilise les PME et les opérateurs économiques informels

Statut de l’entreprenant : Le Ministère du Commerce et de l’Industrie sensibilise les PME et les opérateurs économiques informels

Loading

Le Ministère du Commerce et de l’Industrie, à travers la Direction Générale de la Promotion des PME et de l’Artisanat, a initié un atelier d’information et de sensibilisation destiné aux Pme et aux acteurs du secteur informel. Ouvert le vendredi 7 juin 2024 à l’hôtel Palm club de Cocody, cet atelier porte sur le statut de l’entreprenant et s’inscrit dans le cadre des diligences en lien avec la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

 

« L’idée est de faire en sorte qu’on puisse sensibiliser tous ces acteurs, faire de l’éducation financière, procéder aux aspects de formalisation pour éviter que ces acteurs ne soient des points de relais et des points d’entrée pour les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme », a souligné, Yoda Mamadou, Directeur de la croissance et du développement des affaires de Côte d’Ivoire PME.

 

Puis, d’expliquer comment les opérateurs économiques informels pouvaient constituer le terreau fertile de ces fléaux. « Quand vous menez des activités économiques et que toute la transaction est sous forme de cash, il y a de vrais risques que des acteurs malveillants puissent vous utiliser comme point d’entrée et point de relais pour blanchir les capitaux et financer le terrorisme », a-t-il souligné.

 

D’où l’intérêt de la formalisation des acteurs économiques telle que préconisez par l’acte de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) et l’Etat de Côte d’Ivoire, pour échapper aux fléaux du terrorisme et du blanchiment de capitaux. Le statut de l’entreprenant offre également d’autres avantages parmi lesquels l’accès aux crédits et l’accès aux marchés grâce à la documentation.

 

Pour cette session d’information et de sensibilisation qui se déroule au même moment à l’intérieur du pays, le ministère du Commerce et de l’Industrie compte toucher 2 300 acteurs dans le but de les formaliser, de leur donner de la documentation et de les immatriculer pour constituer une base de données, ce qui garantirait à terme, de nombreux avantages aux concernés.